Surprises et déceptions dans cette édition 2021 du Championnat du monde junior!

Par Louis-David Houle Chroniqueur hockey pour le Plan De Match


Il y aura eu un semblant de 2019 lors de ce dernier temps des fêtes. En effet, une des traditions du temps des fêtes n'a pas été retirée cette année puisque le Championnat du monde de hockey sur glace a eu lieu à Edmonton dans une bulle. Les Canadiens et les habitants des autres pays du tournoi ont pu savourer du hockey rempli d'émotions et de moments marquants. Voici donc un compte rendu de cette édition sans partisans, mais tout aussi excitante.


Il faut noter que le championnat a failli ne pas avoir lieu. L'apparition du coronavirus dans les différentes équipes nationales a ralenti le processus de préparation pour plusieurs formations, dont celles du Canada, de la Suède et de l'Allemagne. Ces trois équipes ont perdu plusieurs joueurs éligibles au tournoi, puisqu'ils avaient été contaminés par la Covid-19. Pour le Canada, nous pouvons penser au joueur des Voltigeurs Xavier Simoneau, qui n'a pas pu être évalué à sa juste valeur. Pour l'Allemagne, la Covid-19 a été une des raisons pour laquelle a perdu son meilleur défenseur Moritz Seider, qui a tout simplement refusé de se présenter pour l'équipe allemande et Lukas Reichel qui a attrapé le virus. Ces deux joueurs auraient pu avoir un impact bénéfique pour cette formation allemande, en compétition avec la Suisse et la Slovaquie pour accéder à la ronde des médailles. Malgré tout, le tournoi a pu avoir lieu sans créer de problèmes majeurs à cette ''bulle''.


Surprise du tournoi


La surprise est probablement l'aventure de l'équipe allemande. Les Allemands étaient déjà à court de personnels pour leurs deux premiers matchs contre la Finlande et le Canada. Le match du Canada est à oublier, mais ils ont joué un très beau match contre les Finlandais en ne perdant que 5 à 3, et ce, sans 6 de leurs joueurs. Connaissant le succès qu'a la Finlande à ce tournoi, la formation allemande s'est très bien débrouillée et le résultat final de cette rencontre aurait pu être différent si elle avait eu tous ses joueurs. Également, elle a réussi à tenir tête à la Russie, une des puissances mondiales du hockey, lors des quarts de finale dans un match qui s'est terminé par la marque de 2 à 1. De plus, trois joueurs de l'équipe allemande ont fini dans le top 6 des meilleurs pointeurs du tournoi, il s'agit de Tim Stutzle, John Peterka et Florian Elias, des attaquants qui pourraient avoir un futur prometteur dans la LNH! Le hockey allemand se développe très bien à nouveau et Leon Draisaitl devrait avoir de bons coéquipiers dans les prochaines rencontres de l'équipe nationale allemande. Le hockey allemand a vécu une impasse depuis quelques années, mais avec l'arrivée de nouveaux joueurs de la trempe de Stutzle, Peterka et Seider, le futur semble prometteur.


La fin d'un parcours en 2021


La Suède n'a pas eu un tournoi facile cette année. Le parcours parfait de la Suède en ronde préliminaire s'est conclu à 54 victoires et ils n'ont pas eu le tournoi qu'on leur prédisait. Les Suédois avaient bien commencé le tournoi avec deux victoires convaincantes contre la République Tchèque et l'Autriche. Cependant, la défaite en prolongation contre la Russie a été le point tournant dans leur championnat. Ils ont perdu leur quatrième match de groupe 4 à 0 contre les États-Unis où ils semblaient être déconcentrés et surpris tout au long du match, avant de s'incliner contre la Finlande après avoir mené 2 à 0. La Suède avait quand même une excellente équipe composée de joueurs comme Alexander Holtz, Lukas Raymond et Philip Broberg. Plusieurs experts les voyaient comme étant candidat à la médaille d'or et de bons adversaires pour l'équipe canadienne. Peut-être que ces défaites en ronde préliminaire étaient ce dont la Suède avait besoin afin de briser cette ''malédiction'' d'une seule médaille d'or lors des 30 dernières années. Cela risque de provoquer une réflexion sur le programme de développement suédois. Le futur nous en dira plus!


Déception pour le Canada


Malgré son équipe qui ne manquait pas de talent offensif et défensif, le Canada n'a pu remporter une 19e médaille d'or à ce tournoi. L'équipe canadienne était composée de plus de 19 choix de premières rondes (excluant Kirby Dach), mais n'a tout de même pas réussi à obtenir la première place à Edmonton. Trevor Zegras, représentant des États-Unis et élu meilleur joueur du tournoi, a fait une remarque très intéressante. Selon lui, l'équipe de la feuille d'érable rouge n'a pas affronté de l’adversité lors de son championnat. Il y a un peu de vrai, mais un peu de faux dans les propos de Trevor Zegras. L'équipe canadienne se trouvait effectivement dans le groupe le plus faible comparativement à l'édition 2020 de cette compétition annuelle, mais elle a quand même affronté des équipes solides. La Finlande n'était pas une mauvaise équipe et a passé bien près de terminer le tournoi des Américains en demi-finale, avant d'accorder un but lors des dernières minutes de jeu. La Russie, malgré sa défaite de 5 à 0 contre le Canada en demi-finale, avait battu les Américains lors de leur premier match de groupe 5 à 3. La différence entre ces affrontements, comme le souligne Steve Dangle dans sa vidéo YouTube sur cette finale du Championnat du monde junior, est que le Canada n'a pas joué de match contre des équipes qui concentrent leur stratégie sur la vitesse. Pendant plus de 30 minutes, le Canada ne jouait pas fermement sur le long des bandes et les États-Unis en ont profité pour prendre le contrôle de la partie. Il était déjà trop tard pour le Canada quand il est revenu dans le match et ils se sont avoués vaincus. Il y a peut-être aussi une forme de malédiction associée avec cette défaite, puisque le Canada a perdu 4 de ses 5 affrontements contre les États-Unis, lors du match pour la médaille d'or.


En terminant, les groupes restent pratiquement les mêmes avec un peu de changement. Le Canada sera encore dans le groupe plus faible qui disputera ses parties à Edmonton avec comme seul vrai test la Finlande. Les trois autres puissances mondiales, soient les États-Unis, la Suède et la Russie se retrouveront encore une fois dans le même groupe. En espérant que cette similitude n'entraîne pas le même scénario qu'en 2021 pour l'équipe canadienne.


28 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

ET SI ON FAISAIT LE REPÊCHAGE MAINTENANT ? (PARTIE 2)

Par Kevin Leblanc Chroniqueur hockey pour le Plan de Match Lors du premier article, je vous ai présenté les cinq espoirs qui, selon moi, ont le plus de chance de sortir très tôt lors du repêchage. Ain

ET SI ON FAISAIT LE REPÊCHAGE MAINTENANT ?

Par Kevin Leblanc Chroniqueur hockey pour le Plan De Match Généralement, ce temps-ci de l’année est une période que tous les amateurs de hockey adorent, car non seulement le repêchage des jeunes espoi

  • Instagram - Black Circle